Avant de rentrer dans le vif du sujet nous vous rappelons que traiter son animal est indispensable lorsque l'on connait les risques et les maladies que peuvent provoquer les puces, les tiques, les mouches phlébotomes ou encore les moustiques. 

Nous sommes conscients qu'aujourd'hui il existe de nombreuses polémiques sur les traitements antiparasitaires car il peuvent se révéler toxiques si votre animal à une sensibilité particulière. Bien entendu, il ne s'agit pas de renier les dernières études effectuées sur le sujet, mais il faut être conscient que ne pas traiter votre animal peut être tout aussi dangereux.

Aussi, si aujourd'hui les insectifuges d'origine naturel ont le vent en poupe, leur efficacité reste parfois à prouver. Quoi qu'il en soit, Two Tails ne peut se substituer à un avis vétérinaire, cet article à été écrit pour vous informer et ne peux faire office de recommandation vétérinaire. 

Insectifuges ou insecticides, lequel utiliser ?

Il existe deux types de traitements :

  • Les insectifuges : ils repoussent les parasites et protègent votre animal pendant une durée limitée, c'est ce qu'on appelle la rémanence
  • Les insecticides : ils tuent les parasites et ont souvent rémanence importante. Les insecticides, ont l'avantage d'agir de manière plus efficace, particulièrement lorsque votre animal est infesté. 

Quels traitements antiparasitaires utiliser ?

Shampoings, colliers, pipettes, spray, foggers, comprimés, etc., il existe une multitude de différentes manières de traiter votre animal ou votre habitat.

Chaque traitement a ses avantages et ses inconvénients. Avant toute chose, Il est impératif de bien analyser le mode de vie de votre animal (promenades au bois ou en ville, avec ou sans laisse), et son entourage (enfants, autres animaux), pour sélectionner la solution la plus adaptée.

On s’attachera également à déterminer les sensibilités allergènes de votre animal. Les traitements antiparasitaires sont des traitements « lourds » - Même un insectifuge d’origine naturel peut-être source d’intoxication pour votre animal - il ne faut donc pas prendre ces traitements à la légère et si vous remarquez que votre animal est apathique après l’application d’un traitement ou qu’il présente des symptômes particuliers, consultez immédiatement votre vétérinaire !

Revenons-en à nos moutons !

Les principaux modes d’administration des traitement antiparasitaires sont les suivants :

  • Les shampoings : ils permettent de faire "d’une pierre deux coups": nettoyer son chien tout en éliminant les parasites. En revanche la période de rémanence est inexistante, il y a donc un risque qu’une nouvelle infestation se produise si l’habitat n’est pas traité au même moment.
  • Les colliers : Pratiques, faciles à mettre, et souvent peu chers, ils protègent souvent pendant plusieurs mois. 
  • Les pipettes : complètes, souvent efficaces et faciles à appliquer, certaines protègent également d’un large spectre d’insecte et de parasite internes (i.e. puces, tiques, moustiques, mouches phlébotomes, vers, etc.) Leur rémanence peux varier de 3 à 8 semaines selon les marques.
  • Les sprays : Très efficaces surtout lorsque votre animal est déjà envahi de parasites. Tout comme les pipettes ils proposent également une protection contre les ré-infestations pendant une période d’environ 3 semaines - 1 mois.
  • Les foggers : idéales pour le traitement de l’habitat – il s’agit d’une bonbonne insecticide qui dissipe le traitement dans votre habitat pendant une certaine durée. Bien entendu à réaliser lorsque vous êtes absent de votre domicile.
  • Les comprimés : Souvent suffisamment appétant ils sont facilement ingérables par votre animal. Comme pour les pipettes, il y a différents niveaux de protection, et le spectre d’insectes traité est plus au moins large. Aussi, ils peuvent protéger des parasites internes et donc agir comme vermifuges.

Nos autres conseils :

  • Si vous avez remarqué des puces sur votre chien, traitez également votre habitat, car les puces ont une fâcheuse tendance à pondre des milliers d’œufs partout où elles se rendent. 
  • Si vous constatez une tique sur votre chien, ne l’arrachez pas ! Les tiques régurgitent leur salive lorsqu'elles sont arrachées  ce qui représente un risque d'infection supplémentaire pour votre animal. Il existe des pinces "retire tiques" spéciales qui vous permettront de l’enlever en toute sécurité.
  • Mieux vaut prévenir que guérir ! Il est plus simple protéger son animal des parasites, que de les éradiquer une fois qu'il est infesté! 
  • Attention, un chien et un chat ne se traitent pas avec le même produit antiparasitaire. D'ailleurs lorsque l'on possède chien ET chats, il faut veiller à ce que le traitement ne puisse nuire ni au chat ni au chien qui partagent le même habitat. Privilégiez les antiparasitaires dits "Combo".
  • Si vous avez des enfants, faites attention à ce qu'ils ne soient pas directement en contact avec les substances actives car ils sont particulièrement vulnérables aux substances contenu dans ces produits.
  • Enfin, si les antiparasitaires naturels ont aujourd’hui le vent en poupe ; ce n’est pas sans risque. Certains produits mal dosés – même naturels - peuvent provoquer des dégâts irréversibles chez votre animal.